Martial RAYSSE
"Nissa Bella", 1964
Report Photographique Sur Feutrine Marouflée Sur Contreplaqué, Acrylique Et Néon Sur Toile
180 X 120 X 15 Cm
Signé En Mars 1996
Collection Musée D’Art Moderne Et D’Art Contemporain, Nice
Inv. : 990.1.1
© Adagp, Paris
Martial RAYSSE "Nissa Bella", 1964 Report photographique sur feutrine marouflée sur contreplaqué, acrylique et néon sur toile 180 x 120 x 15 cm signé en mars 1996 Collection Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, Nice Inv. : 990.1.1 © Adagp, Paris

Adieu, France…

France Raysse à Venise

France Raysse, née France Cristini, a vu le jour à Nice un 14 juillet. Elle est décédée le 21 novembre 2017, à New York.

France, le plus beau et le plus connu des modèles de Martial Raysse, est elle aussi une artiste. Elle fait ses études à l’École des Arts Décoratifs de Nice et devient rapidement l’amie du groupe des Nouveaux Réalistes.

Elle se marie avec Martial Raysse avec lequel elle a une fille, Alexandra.

« Answer », 1967, acrylique sur toile et objet

En 1966, fascinée par les artistes américains, elle traverse l’Atlantique à  bord du paquebot France pour découvrir New York et Los Angeles. Considérée comme une artiste américaine,  elle en obtient la nationalité un 4 juillet et elle va vivre aux États-Unis une grande partie de sa vie. A New York, elle fréquente le fameux Chelsea Hotel, côtoie les grands artistes du Pop Art américain, Robert Rauschenberg, Larry Rivers, James Rosenquist, Robert Indiana, ainsi que des artistes français qui y sont installés comme Arman,  Christo et Jeanne-Claude. En France, elle est proche des Nouveaux Réalistes et des créateurs de l’École de Nice. Certains seront ses amis comme Sacha Sosno, Arman, Yves Klein, Ben, Raymond Hains…

« Château Barlow », 1963, acrylique sur toile et bois peint

Lien et témoin de ces divers mouvements, France Raysse questionne elle aussi, dans son travail, la société de consommation. Si dans des toiles de grands formats, elle explore un univers foisonnant de monstres et de démons inspirés par les BD de l’époque, c’est surtout dans le détournement des panneaux publicitaires, régnant en souverains dans rues de New York, que son œuvre est la plus intéressante.

Comme Marilyn Monroe pour Andy Warhol, France est devenue l’icône majeure des tableaux de Martial Raysse. Le Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice possède « Nissa Bella », un des plus beaux portraits de Martial Raysse, qui représente le magnifique visage de France.

Il illustre pour les Amis du MAMAC le document d’appel à soutenir le musée.

Je remercie Claude Fournet et Bernard Bonnaz de l’aide qu’ils m’ont apportée pour faire revivre France, une artiste qu’ils ont aidée et aimée, et Macha Sosno pour m’avoir prévenue de cette disparition qui me touche profondément.

« Two, One, Zero »,1968, technique mixte sur toile et boite à vitesse.

De mon côté, j’ai bien connu Martial et France Raysse, mais séparément. D’abord la famille Raysse, ces commerçants berlugans*, dont les enfants ont brillé, chacun à sa manière… Chantal* d’abord, qui a fait ses études avec moi à Blanche de Castille, puis est devenue mannequin chez Marie-Thérèse, une célèbre maison de couture niçoise ; puis Martial, le grand artiste, avec lequel nous échangions nos disques de jazz et avec qui j’ai suivi les cours de rattrapage du bac ! Puis Gilles, avec sa griffe Opox Rapax que j’ai représentée quand j’étais dans la mode, et Brigitte enfin, la dernière, devenue l’historienne de Raysse…

France Raysse, je l’ai connue plus tard, elle était déjà séparée de Martial. Elle était d’une beauté mystérieuse et fascinante… Nous n’étions pas intimes, mais nous étions amies et c’est en tant que telle que j’ai voulu parler d’elle… C’était une artiste, et elle a peut-être souffert que Martial ne reconnaisse pas son talent. Nous avons voulu, ses amis et moi, que vous la connaissiez mieux et qu’ainsi vous pensiez à elle chaque fois que vous verrez les beaux portraits de Martial Raysse…  France était tout sauf une arriviste et contrairement aux jeunes loups auxquels nous sommes habitués dans l’art aujourd’hui, elle n’a pas voulu ou pas su jouer des coudes pour se faire reconnaître à tout prix.

Que le combat des femmes, à mon goût bien exacerbé en ce moment, serve au moins à ce que des artistes, simplement parce qu’elles étaient femmes, ne soient plus à ce point ignorées malgré leur talent.

*décédée

*Berlugan : habitant de Beaulieu-sur-Mer

Cet article comporte 6 commentaires

  1. Yvette Farro née Cristini

    J’ai lu avec émotion votre hommage à ma sœur France. Dommage d’avoir rapporté :
    « elle a certainement souffert que Martial ne reconnaisse pas son talent. ».
    Vous l’ignorez sans doute, mais, ces propos sont inexacts, Je n’ai jamais entendu France les tenir et je suis persuadée qu’elle ne les pensait pas. Aussi, je trouverais raisonnable de supprimer ce passage de votre blog. Merci.

    1. Hélène Jourdan-Gassin

      Il n’y a pas de censure dans mon blog sauf si les propos sont injurieux. Pour France, vous conviendrez qu’ils ne le sont pas et donc je ne retire rien, simplement je m’explique…. Je n’ai pris nul part et à personne la phrase qui vous chagrine, c’est mon sentiment et je le maintiens car jamais Martial, à moins que vous me prouviez le contraire, n’a fait cas de l’œuvre de France.La seule modification que j’accepte de faire est de changer le « certainement » en un « peut-être »…
      Je suis heureuse de vous voir prendre soin, post mortem, de l’image de la belle personne que fut votre sœur…

  2. Pampini eve

    merci Hélène pour ce bel hommage qui nous fait mieux connaitre qui était ce si joli visage de Nissa bella Une fois de plus, une femme artiste ignorée ou mésestimée en tout cas. Y a du boulot encore !

  3. TATIANA AUGUADRA

    Merci. Quel beau message.

  4. Hamon Marie Jane

    Très joli et émouvant message.

  5. Rodriguez Richard

    Il est certain, en découvrant cet émouvant témoignage, que l’on ne peut que s’interroger sur les raisons pour lesquelles cette belle artiste a été autant ignorée et masquée par son ex mari, et ses soit-disants bons amis nouveaux réalustes !

Laisser un commentaire