Charles Dreyfus, galerie Lara Vincy

Derniers jours de l’exposition de Charles Dreyfus…
Tyché entichée

Youri Vincy présente la cinquième exposition de Charles Dreyfus (artiste de la galerie Chez Lola Gassin aussi) un quart de siècle après la première en 1992. À l’époque, sa directrice était Liliane Vincy à qui nous souhaitons rendre ici hommage.
Sera montré à cette occasion un ensemble d’oeuvres récentes : des objets patiemment choisis par l’artiste pour y inscrire par la technique de la gravure des textes à plusieurs niveaux de lecture ; par ce processus associatif, ils deviennent les supports de ses anamorphoses langagières et forment ainsi l’objet-art.

Poète, esthéticien, ‘critique’ d’art, – et en tout hors norme -, Charles Dreyfus est d’abord un casseur des dogmes les mieux établis et les plus défendus. « Casse-dogme », expression naguère revendiquée par le Grand Jeu, définit d’ailleurs bien le mouvement Fluxus dont il est à la fois l’acteur et le théoricien. Son itinéraire a été à plusieurs reprises retracé. On sait que le rejet de la « rupture », dont la modernité est la ronronnante rhétorique, l’a tôt conduit vers d’autres terres d’où il a pu prendre la mesure de l’inexistence de l’art de l’avant-garde académique, complaisante aux contradictions. Suivant l’exigence de George Maciunas d’en arriver au plus vite à l’expérience du monde concret, il y a mis en scène et en oeuvres diverses ce qui relève de ce constat. Du mémorable concert fluxus, musée Galliera en 1974, aux huit concerts-poésies donnés en 2016-2017, – dont le premier eut pour cadre la Maison de la Poésie à Paris -, ce sont 200 poésie-actions qui se sont succédé et auxquelles il a attaché son nom. Tous ces spectacles furent ordonnés au dessein de faire en sorte « qu’il n’y ait pas besoin que l’art existe. »
Bernard Valade

 

.

,

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.