Édito d’août

L’édito du mois d’août est un exercice difficile car de ce mois, celui de ma naissance, je voudrais ne retenir que le positif, mais comment cependant passer sous silence les attentats de Barcelone et leur lot d’horreur pour des innocents qui n’ont eu comme faute que celle de se promener sur les Ramblas ? Les attentats commis dans le monde, mais auxquels nous sommes plus sensibles lorsqu’ils se rapprochent de nous, restent et resteront un sujet récurrent que je m’interdis de passer sous silence, ne serait-ce qu’en hommage à ceux qui y ont perdu la vie, et à la douleur de ceux qui les pleurent…

Plus égoïstement maintenant, parlons de mon anniversaire. Merci à ma famille, à mes amis, de m’avoir fêtée pour être arrivée à un âge que je tairai, non par coquetterie, car il y en a une à clamer bien fort qu’on est encore là et pas en trop mauvais état, mais parce que ça n’a que peu d’importance… Comme un cadeau en appelle un autre, j’y ajouterai le bonheur de voir édité mon roman, La caméléone devenu désormais Jane et Zacharie dont je vous avais fait partager quelques péripéties dans le feuilleton de mon blog. Pourquoi ce désir d’être publiée qu’Amélie Nothomb, paraît-il, nomme puéril, elle qui a vingt-cinq romans en librairie sur quatre-vingt-six ouvrages écrits ? Trouve-t-elle dérisoire que d’autres prétendent à cette reconnaissance au lieu de se satisfaire tout bonnement du bonheur d’écrire ? Pour m’être consacrée durant ma vie professionnelle à mettre en avant les travaux de plasticiens encore jamais exposés, je connais leur excitation à voir leur travail présenté pour la première fois à un public et je n’appellerai pas ça puéril mais essentiel… Je rapprocherais le plaisir d’être éditée de ce sentiment, celui de la reconnaissance d’un travail mené à son terme.

Soyons un peu people maintenant et parlons des problèmes essentiels qui ont retenu l’attention des Français, durant ce beau et chaud mois d’août… Le statut de l’épouse du président de la République, que je me refuse à appeler Première Dame comme aux États-Unis. Madame Macron n’aura pas un statut mais une charte, ce qui permettra à Emmanuel Macron de confier à sa femme des missions… De quelle mission alors Némo, le chien du président, sera-t-il investi ? Remuer la queue lors de la visite des chefs d’États amis ? Grogner quand les visiteurs seront un peu moins en odeur de sainteté ?

Nous examinerons tout ça en septembre, comme la somme d’autres problèmes qui vont se présenter aux Français !

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Hamon Marie Jane

    Mesdames Daniele Mitterrand et Cécilia Sarkosy se sont bien vues confier des missions, alors pourquoi pas Brigitte Macron ? Et qu’on le veuille ou non, c’est une première dame !
    Amicalement.

Laisser un commentaire