Édito d’avril

La fin du mois approchant à grands pas, je réalise qu’il est l’heure d’écrire mon édito. Compte tenu de la multitude d’événements ayant jalonné avril, ici et ailleurs, essayer de les relater risque d’avoir un relent de déjà dit, déjà commenté, déjà encensé, déjà dénigré !

Alors j’ai glané, ça et là, quelques petites ou grandes anecdotes qui je classerais plutôt dans les bonnes nouvelles, ou que je considère comme telles, et qui m’ont fait me dire que, finalement, si chacun regardait avec un œil vierge le monde qui nous entoure, il y aurait de jolies choses à récolter…

La hiérarchie n’étant pas mon fort, pas plus que l’agencement des choses et leur importance, voici dans le désordre quelques nouvelles que j’ai trouvées réconfortantes :

 La Corée du Nord annonce la fermeture de son site d’essais nucléaires et la suspension de ses tirs de missiles… Alors qu’on nous disait, il y a quelques jours à peine, que Kim Jong-un et Donald Trump étaient prêts à pousser sur le bouton rouge pour faire péter la planète, réconfortant, ne trouvez-vous pas ?

 L’organisation séparatiste ETA demande pardon pour le « mal » qu’elle a causé pendant sa lutte armée pour l’indépendance du Pays basque, dans un communiqué diffusé vendredi 20 avril, par le journal basque Gara. L’ETA annoncera sa dissolution au cours du premier week-end de mai depuis le Pays basque français, par une « déclaration très claire »…  En poussant un peu le bouchon, on pourrait aller jusqu’à espérer que les terroristes islamistes nous disent : « C’est bon, ça sert à rien, on arrête ! »

Des scientifiques de l’université britannique de Portsmouth et du laboratoire national des énergies renouvelables du ministère de l’Énergie américain ont concentré leurs efforts sur une bactérie découverte au Japon il y a quelques années : lIdeonella sakaiensis. Elle se nourrit uniquement d’un type de plastique, le polytéréphtalate d’éthylène (PET) qui entre dans la composition de très nombreuses bouteilles en plastique. Les chercheurs japonais pensent que cette bactérie a évolué assez récemment dans un centre de recyclage, car les plastiques n’ont été inventés que dans les années 1940. L’objectif de l’équipe américano-britannique est de comprendre le fonctionnement de l’une de ses enzymes appelée PETase, en découvrant sa structure. « Mais ils ont été un peu plus loin en concevant par accident une enzyme qui est encore plus efficace pour désagréger les plastiques PET », selon les conclusions de l’étude ! Elle n’est pas belle, cette nouvelle-là ? On nous dit que nos océans seront bientôt morts car le plastique les dévore et voilà pas que, entre la poire et le fromage, des chercheurs, qui ne cherchaient pas, trouvent ! Eureka !

« Mourir a été interdit dès 1950, après qu’on a découvert que les cadavres enterrés dans le cimetière local ne se décomposaient tout simplement pas à cause du froid ». Aucun mort n’aurait acquis le droit d’y reposer depuis près de soixante-dix ans…Par -13 °C en plein après-midi, le cimetière de Longyearbyen devient la nécropole de tous les fantasmes. Selon d’innombrables articles parus dans la presse internationale, il est illégal de périr à Longyearbyen. Celle-là, je ne crois pas que ce soit vraiment une bonne nouvelle, mais c’est histoire de vous faire sourire un peu !

Je vous sens tout ragaillardis par ces bonnes nouvelles, ça change de vos journaux télévisés uniquement porteurs de malheur, mais cerise sur le gâteau, j’ai gardé pour la fin une info régionale (Nice-Matin) qui a fait mon bonheur et fera le vôtre, du moins je le souhaite :

Peyo, le cheval qui murmure à l’oreille des malades. A Antibes, les résidents de l’Ehpad Les jardins de Saint-Paul ont reçu la visite et le réconfort d’un cheval extraordinaire. Par sa seule présence, il apaise les maux. Ne pensez pas j’ironise, c’est la plus belle histoire de mon recueil, car Hassen Bouchakour, spécialiste de haute voltige, issu des dernières familles de cavaliers fauconniers d’Algérie, s’est aperçu que son cheval avait une empathie pour les personnes très âgées et les enfants très malades. Il va vers eux pour les apaiser. Mais attention, dit Hassen Bouchakour, Peyo ne fait pas de miracles, il ne guérit pas, il peut juste aider quelqu’un qui déprime… Ce bel étalon de 500 kilos visite les pensionnaires ; il monte dans les étages, choisit une chambre et entre …

Il n’est pas beau mon mois d’avril !

Cet article comporte 4 commentaires

  1. Hayat

    Super ton edito
    On est rassurés l’espace dun instant
    Bises yves

  2. Lehmann

    Super édito.
    Il était temps que des chercheurs japonais trouvent effectivement une enzyme antipet pour assurer la survie des albatros hurleurs, des tortues… (Planète bleue)… Etc
    L’idéal serait quand même que l’homme ne considère pas la mer comme une poubelle ! Elle est si belle, si bien organisée dans sa diversité.
    Bises

    1. Hélène Jourdan-Gassin

      Merci de me lire fidèlement !

  3. Lehmann

    Les Japonais devraient eux-mêmes cesser de tuer les baleines comme ils le font.

Laisser un commentaire