Pierre Bouteiller, une voix qui s’est éteinte

« A l’antenne, sa causticité, son écriture régalent. C’est un esprit extrêmement libre, ça se manifestait dans son goût de la plume et dans un esprit teinté d’une forte dose d’humour et de sarcasme, une sorte de chansonnier élégant », explique Jean-Marie Cavada, ancien président de Radio France. Radio France, c’était sa maison, il y aura passé 35 ans alors forcément, Pierre Bouteiller y a laissé son empreinte. Il a beaucoup fait pour populariser les grands chanteurs et grandes chanteuses de jazz qu’il adorait, assure Patrick Cohen, journaliste à France Inter. C’est d’ailleurs en écoutant un disque de jazz que Pierre Bouteiller s’est éteint cette nuit, du jeudi 9 au vendredi 10 mars, à l’âge de 82 ans. »

Je n’ai rien à ajouter si ce n’est que je l’ai tant écouté, tant ri de ses petites vacheries mais aussi suivi ses conseils sur le choix du bon jazz, que je me sens comme orpheline aujourd’hui d’un ami des ondes (ça vaut bien et mieux peut-être qu’un ami de Facebook). Je ne l’ai pas connu, contrairement à José Artur qui fut presque un ami, mais chez l’un comme chez l’autre j’ai apprécié l’intelligence, l’élégance dans l’humour (denrée rare aujourd’hui), la culture…

Écouter Bouteiller le soir en voiture c’était goûter à un instant de paradis, je ris encore d’une boutade lâchée par cet homme à la voix chaude et un peu éraillée !

Mourir en écoutant un disque de jazz, que pouvait-il faire de mieux ? Vivre, mais ça c’est une autre chanson !

Laisser un commentaire