Skip to content

Édito de novembre

La proximité de J’accuse … !, la lettre de Zola, sur la une de mon blog, m’incite à regarder d’un œil critique bien des faits que novembre et les mois précédents nous ont réservés comme événements tragiques, scandaleux, inacceptables, mais aussi comme réactions démesurées inadmissibles, alarmistes et même caricaturales… Ne vous attardez sur la différence entre la taille d’une fourmi, moi, et d’un lion, Zola, pour penser que je ne suis pas consciente du ridicule du rapprochement ! Cependant un tel somment d’injustice, l’Affaire Dreyfus et ses conséquences, n’aurait plus cours, ou tout au moins n’aurait pas duré des lustres, aujourd’hui où la presse débusque le moindre abus, le plus petit ragot, la plainte la plus irrecevable, pour tenter d’en faire une raison d’état. Cette terrible chose qu’on appelle les réseaux sociaux, mais aussi les politiques, les journaux et Madame et Monsieur tout le monde (je respecte ici cette nouvelle règle incongrue de la langue française qui voudrait, pour des raisons bassement démagogues, qu’on mette le féminin avant le masculin)  se repaissent de drames mondiaux comme domestiques dont, il y a quelques mois ou quelques années encore ils ne souciaient guère, pour alimenter une boule de neige de l’info, jusqu’à son éclatement et par voie de conséquence,  sa disparition.

Alors que retenir de ce mois de novembre ? La triste célébration de l’anniversaire du début des gilets jaunes dont les revendications sont désormais noyées dans des violences sans but, sauf celui de détruire ? Le fait que depuis le début de l’année cent vingt-cinq femmes soient mortes sous les coups de leurs compagnons, ce qu’on appelle désormais féminicides – encore un mot qui me fâche, ne sommes-nous pas humains avant d’être femmes ? Les roucoulades envers une politique écologique de postulants aux élections municipales de mars 2020, alors que précédemment on les croisait plus souvent en 4X4 qu’à vélo ? Que faut-il penser des collapsologues, scientifiques, philosophes et les farfelus qui voyagent en calèche, de l’effondrement du monde qu’ils nous prédisent avec une ferveur qui fait la une des magazines et me semble plutôt contreproductive ? A ce sujet, rassurez-moi, Greta Thunberg, chantre de la fin du monde climatique, a-telle trouvé un bateau pour revenir en Europe sans brûler de kérosène ? Pour sourire encore un peu, que penser de l’idée, notamment à l’occasion du congrès des maires de France, qu’Emmanuel Macron aurait à s’inquiéter de l’aura montante du discret François Baroin ?

Mais comment clore cet édito par un sourire alors que la France enterre dans la cour des Invalides les treize jeunes militaires français tués au Mali ? Pour certains, aujourd’hui, c’est peut-être un peu ridicule d’aimer son pays, d’avoir le sens de l’honneur, du devoir et de vouloir batailler pour ces valeurs, c’est pourtant ce que font nos soldats. Qu’ils soient remerciés et honorés !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top