Skip to content

La Figuration Libérée # 2, Charline Bourcier

Plus de deux années se sont écoulées depuis l’exposition des peintres, Gilles Miquelis, Florence Obrecht, Axel Pahlavi que j’avais réunis sous le titre de la « La Figuration Libérée. Pourquoi un si long délai pour proposer La Figuration Libérée 2 ? Parce que Charline Bourcier, répond à ma quête primordiale de qualité picturale par un travail parfaitement maîtrisé qui tient aussi la force des questionnements qu’il pose sur notre monde et son déséquilibre, avec réserve, étonnement et humour… De ces images apparemment innocentes nous pensons de prime abord avoir tout compris, mais c’est sans compter sur la part de nous qu’elles suggèrent, réveillent, nous emportant vers cet ailleurs, le pays des rêves et des artistes.

Si mes dessins et peintures soulèvent divers sujets sociaux et environnementaux tels que les flux migratoires en méditerranée, les enjeux énergétiques de notre siècle, les catastrophes industrielles et les diverses pollutions engendrées par les activités humaines, ils donnent surtout à voir des scènes ambiguës, empreintes de folie, de décalages chronologiques, de jeux d’échelle, d’associations imprévues tout droit sorties d’un rêve. Je travaille une figuration qui se revendique de l’image tout en l’altérant par l’affirmation de procédés plastiques (recouvrements, frottements, effacements, inachèvements, réserves, coulures). Différentes assises photographiques sont ainsi mises en tension avec les procédés picturaux et graphiques. Cela crée des failles dans la logique de la figuration. Les notions de vacillement et de dislocation sont ainsi chères à ma recherche. En définitive, je souhaite que l’œil du spectateur chemine dans un espace pictural ou graphique dans lequel s’imbriquent différentes strates, entre figuration, l’illusion d’un espace en profondeur et l’affirmation de la matérialité de la peinture ou du fusain, la planéité de la toile ou du papier.

Charline Bourcier

« Prévention et maîtrise du risque environnemental », acrylique sur toile, 200 x 180 cm, 2021.

Charline Bourcier est née en 1987 . Elle vit et travaille à la Seyne-sur-Mer

En 2010-2015   Thèse de Doctorat Arts plastiques, Aix-Marseille Université ; Les dislocations de l’espace pictural, recherche encadrée par le Professeur Khalil M’Rabet. Mention très honorable avec les félicitations du jury : Michel Charles Guérin, Germain Roesz, Serge Plagnol, Khalil M’Rabet, Jean-Marc Lachaud

2013 Agrégation d’Arts plastiques

2008-2010 Master Arts plastiques, Aix-Marseille Université, Mention très bien

2005-2008 Licence Arts plastiques, Aix-Marseille Université, Mention Bien

Légende de l’œuvre en couverture « Dialogue Mazaugues » , acrylique sur toile, 146 x 114 cm, 2022.

 

 

Cet article comporte 1 commentaire

  1. (Heureux de savoir, Hélène, que tu exposes toujours.)
    En effet, il me semble rare de trouver dans la figuration d’aujourd’hui des images – « apparemment innocentes » – qui nous contrarient et intriguent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top