Skip to content

Laissez venir à nous les marchands du Temple, dit La RMN-Grand Palais !

Et elle a torpillé la FIAC en toute impunité

Ce pourrait être une fable tant dans notre pays on a l’art d’opposer le Public au Privé et d’octroyer la vertu au Public  et l’appât du gain au privé. Je dirais donc que dans cette histoire, le Public  (La RMN) est encore plus rapace que le Privé (Art Basel) dont le profit est l’essence de l’existence

Le plus triste dans cette saignante bagarre c’est qu’en aucun cas, il est question d’art. La Réunion des Musées Nationaux s’est laissée acheter par Art Basel pour une sordide histoire de gros sous, et de surcroit, en manquant à sa parole.

Après tout, comme on dit dans les affaires, peu importe qu’il y ait un mort dans la transaction, le sacrifice de la FIAC, fleuron français de l’art, en vaut la chandelle !

Le Grand Palais Éphémère.
Champs de mars, Paris.
28/04/2021
Wilmotte & associés architectes
@Patrick Tourneboeuf/RMN_GP/Tendance Floue

Premier round. Un rebondissement dans le différend opposant RX (ex-Reed), propriétaire de la FIAC et de Paris Photo, à la RMN-Grand Palais qui accueille ces foires, la remise en jeu inattendue par cette dernière, pour les sept prochaines années et 20 millions d’euros, des créneaux concédés depuis longtemps à ces deux événements internationaux, annonçait l’Unimev, la puissante association des foires, congrès, Salons.

Le Comité Professionnel des Galeries d’Art avait déjà mis en garde l’établissement public sur les risques, pour l’écosystème de l’art français, de torpiller deux fleurons dont le nom est depuis toujours associé à Paris, au profit d’un concurrent étranger, selon toute vraisemblance le suisse Art Basel.

Deuxième round. Un appel public à la concurrence pour l’occupation des lieux est lancé le 8 décembre sur les mêmes créneaux que les deux manifestations.

Non, vous ne rêvez pas ! Le 8 décembre, la RMN-Grand Palais lance un curieux appel public à concurrence. En jeu, l’occupation, pour une durée maximale de sept ans, du Grand Palais éphémère, sur le Champs-de-Mars, et, à partir de 2024, de la majestueuse nef restaurée, sur les Champs-Élysées, pour l’organisation d’une « manifestation internationale d’art contemporain » en octobre et d’une « manifestation de photo » en novembre. Deux créneaux occupés, sans discontinuer, par la FIAC depuis 2006 et Paris Photo depuis 2011.

Interrogé, l’établissement public justifie le déclenchement de l’appel par « la réception d’une autre manifestation d’intérêt concurrente », tiens, tiens ! « Il faut peut-être repenser de nouveaux salons, être ambitieux, curieux et ouverts », indique son patron, Chris Dercon, rappelant que le Grand Palais suscite « beaucoup d’intérêt ». A cette échelle, qui se chiffre en millions d’euros d’investissement, les candidats possibles sont rares. On pense au groupe Endeavor, qui organise Frieze à Londres, et à Messe Schweiz, propriétaire d’Art Basel.

Troisième round .La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 31 décembre, un délai extrêmement bref. D’après Michel Vilair, directeur général de RX France : « Il est évident que le tiers en question prépare sa tentative d’éviction hostile depuis de nombreux mois. Un tel projet ne se prépare pas au dernier moment. A contrario, l’appel à propositions de la RMN-Grand Palais ne nous laisse en réalité que quelques jours à la veille de Noël pour bâtir un projet sur sept ans ! »

Jusque-là, RX France, propriétaire de ces deux événements, n’avait jamais été mis en concurrence, pas plus que d’autres salons occupant le Grand Palais, qui, comme Art Paris et le Salon du livre rare, ont sécurisé leur calendrier de 2022.

Quatrième Round .C’est le groupe suisse MCH, propriétaire de la foire Art Basel, qui a décroché, mercredi 26 janvier, l’organisation d’une foire d’art contemporain sur le créneau de la manifestation française créée en 1974.

Pour la petite histoire de Nice et de sa foire art Jonction International, j’écrivais au Maire de Nice et Ministre délégué à l’Industrie, le 17 septembre 2010 : « (…). Enfin je souhaiterais revenir sur l’intérêt que vous avez bien voulu porter à un retour d’une foire internationale d’art contemporain Nice. A ce sujet, je vous remercie de m’avoir faite recevoir par Maître Gérard Baudou qui s’est montré attentif à mes suggestions. En effet mon idée était de demander aux organisateurs de Foire de Bâle de parrainer « formellement » une foire à Nice.  Monsieur Marc Spiegler, le co-directeur de la foire, s’est montré flatté de cette demande mais m’a cordialement répondu que la Foire de Bâle ne souhaitait cautionner aucune autre foire qui aurait lieu en Europe. Je pense que sans cet appui, organiser à nouveau une foire à Nice, ayant sa place dans le calendrier international des foires, serait une erreur vouée à l’échec (…) »

Amusant de se souvenir de cette conversation après avoir relaté le K.O. de la FIAC en 4 rounds ! Je ne cautionnerai aucune foire en Europe m’avait répondu Marc Spiegler… Il faut croire qu’il n’a pas résisté aux chants des sirènes parisiennes !

Dernière minute

Florence Bourgeois est nommée directrice de la FIAC et de Paris Photo
Elle remplacera l’ancienne directrice de la FIAC Jennifer Flay qui, selon la rumeur, rejoindrait Art Basel, qui s’apprête à lancer une nouvelle foire au Grand Palais à Paris.
Florence Bourgeois, déjà à la tête de Paris Photo depuis 2015, a été nommée directrice de la FIAC, en remplacement de Jennifer Flay, qui dirigeait la foire d’art contemporain parisienne depuis 18 ans – d’abord en binôme avec Martin Bethenod.

Money, money, money ! Où est passé l’art dans ces tours de passe-passe ?

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top