Skip to content
Compression-papiers-©-César

« Les années joyeuses » Jean Ferrero & friends : Arman, Ben, César, etc.

C’était dimanche j’étais sortie pour aller voter. A l’heure du déjeuner le bureau de vote était désert, juste quelques responsables qui prenaient le soleil dans cette cour d’école où j’avais pendant longtemps amené mes enfants. C’était à qui rivaliserait de précaution, qui avec ma carte d’identité qui avec l’enveloppe, qui avec le stylo, pendant que dehors les gens s’agglutinaient sur les plages. J’avais fait mon devoir de citoyenne, triste de me voir si solitaire, sommes-nous tombés si bas en conscience politique ? M’étais-je dit…

Jean et culturistes © Ferrero

Alors avant de retourner chez moi j’ai senti le besoin d’emmagasiner un peu de joie et je me suis souvenue que l’exposition  des années Ferrero avait commencé dans la belle Villa Masséna. Là aussi on votait – surtout des gens âgés –, les seuls sans doute à avoir conservé un peu de sens civique…

L’exposition mettait à l’honneur le parcours exceptionnel de Jean Ferrero, photographe instinctif, collectionneur atypique et marchand d’art avisé qui incarnait, à sa manière directe et joviale, la mémoire d’une période glorieuse de l’art contemporain à Nice qui façonne encore un peu aujourd’hui, l’identité artistique de la ville.

J’étais en terrain connu, mon expérience ne remontant pas aussi loin que celle de Jean Ferrero, mais aucun des visages de ces artistes, si drôlement photographiés par lui, ne m’étaient étrangers. D’eux et avec eux, je riais de ces petites vidéos sans prétention, si peu professionnelles, mais si inventives. César jouant les clowns, les fesses à l’air, et Arman toujours très sérieux faisant, avec Corice, une démonstration de Karaté… Je m’attardais sur les portraits, celui de Martial Raysse, renversant de beauté. Il était comme ça, Martial, quand nous allions au cours de rattrapage du bac, élégant, lointain, habité.

*Martial Raysse

A Beaulieu, son fief, il nous proposait ses tableaux, moitié peinture, moitié poème ; et nous riions, ne le prenant pas vraiment au sérieux, et pourtant ! Côté photos et films, il y a un Charles Trenet dans une vague intimité et à côté, les images de ces haltérophiles pour catalogues avec Ferrero au milieu,  sacrement bien gaulé !

La plupart de ces humains étaient aussi des artistes et au delà de leur image, quelques-unes de leurs pièces témoignent de l’importance de Ferrero en tant que découvreur et galeriste. Il avait, et il a encore la dent dure, Jean, quand il parle de ces artistes dont, pour beaucoup, il a été l’ami et le soutien pour les plus connus comme pour des plus humbles.

Une admirable pièce à quatre mains de César et de Ben, une inoubliable sculpture de Jean Tinguely, des croutes d’Arman et quelques pièces plus significatives, constituent le bric-à-brac, où de petits chefs d’œuvres côtoient des nains de jardin, de vieux objets obsolètes et de l’art africain.

inclue dans ce cabinet de curiosités, une salle entière est consacrée à Patrick Moya.

Témoin et partie prenante de ce courant artistique dans la région niçoise depuis la fin des années 50, Jean Ferrero l’a vécue au plus près des artistes qu’il a collectionnés et montrés, avec des affinités profondes notamment avec Arman et César, dont il fut non seulement un des marchands mais aussi un ami et un complice actif dans l’élaboration de leur œuvre.

* Vue d’ensemble

Cette exposition présente ainsi les nombreuses facettes d’un homme et d’une époque, surprenantes, iconoclastes, riches d’une liberté sans frein. Elle compose, à la façon des impressionnistes, le tableau des liens de Jean Ferrero aux événements et aux hommes, autant qu’à l’art.

Jusqu’au 15 novembre 2020

« Les années joyeuses. Jean Ferrero & friends : Arman, Ben, César, etc. » au Musée Masséna de Nice.

Commissariat : Vincent Giovannoni, conservateur en chef au MUCEM,

Scénographie : Isabelle Allégret

Musée Masséna

65, rue de France – Nice

Tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h

* Photos HJG prises dans l’exposition

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top