Skip to content
Marcel Bataillard, "Les Ciels"

« Les Glaneurs de rêves », MAMAC

J’ai décidément beaucoup de mal à trouver un langage synthétique et professionnel pour décrire  le travail des artistes que j’ai défendu et que je soutiens encore aujourd’hui dans ma galerie/appartement. Marcel Bataillard est l’un d’eux et pour résumer sa pratique, je dirais qu’elle est protéiforme (dessin, peinture, vidéo, texte, composition et improvisation musicale, performance) et inspirée.

Compagnie humaine

Invitée  au Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain (MAMAC) en plein bouleversement compte-tenu de la démolition du théâtre, portion du bâtiment, j’ai assisté à  une représentation (protéiforme elle aussi) de qualité, où la danse rejoint les vidéos de Marcel Bataillard.

Cosignée avec Éric Oberdorff,  la scénographie  minimaliste et spectaculaire du nouveau spectacle de la Compagnie humaine : Les Glaneurs de rêves,  explore un univers où, sous différents axes et résonances, l’expression corporelle, la musique, les images, les vidéos, les installations plastiques, s’imbriquent les unes aux autres, créant par là même, une mise en scène.

Conçues et réalisées par Marcel Bataillard, les vidéos sont la texture et le décor mouvants de cette création. Projetées à différents endroits du plateau elles frôlent parfois l’abstraction. Les plans, fixes pour la plupart, montrent ce que l’on voit lorsque, justement, on ne fixe pas son attention. La lumière vacille, scintille, se reflète en contrepoint de la musique. Les mouvements de l’air, de l’eau et du feu accompagnent ceux des danseurs.

Marcel Bataillard « Le fantôme de Patti »

Quatre artistes portent avec intensité et brio la charge poétique du recueil d’écrits de l’artiste pluridisciplinaire Patti Smith. Delphine Barbut et la chanteuse lyrique Landy Andriamboavonjy (une voix remarquable) entremêlent le texte à un rock électrifié, des nappes électro-acoustiques, un baroque intemporel que les danseuses Cécile Robin Prévallée et  Emma Lewis projettent dans l’apesanteur onirique d’un moment suspendu.

Un public très jeune – c’était un mercredi – est invité par les artistes à former une longue farandole qui serpente à travers les salles du musée.

Compagnie Humaine / Eric Oberdorff

14 Rue Droite, 06300 Nice

06 76 09 66 87

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top