Skip to content
21Contemporary, Ronan Barrot

Les toiles de Ronan Barrot inaugurent de nouvelles cimaises niçoises.

Une nouvelle galerie à Nice.

Ronan Barrot, « Étonnement »,2020

Sous le nom de 21Contemporary, une galerie, essentiellement tournée vers 2021, ouvre ses portes en étage, et pour l’instant uniquement sur rendez-vous, au 21 boulevard Dubouchage. Cette artère est depuis des lustres marquée par la culture, puisque érudits et étudiants se sont donné rendez-vous, de générations en générations, dans les salles de la Bibliothèque municipale toute proche, et que non loin, au 27, l’Artistique a reçu dans ses salons, depuis 1910, tout ce que l’intelligentzia française a compté de renoms, pensez un peu, Paul Valery en était le président !

Et comme bon sang ne saurait mentir, c’est aujourd’hui Émilie Duchemin, une jeune femme ayant étudié le marché de l’art en spécialisation peinture à l’IESA, Paris, puis entrepris un Master à Saint Martins, Londres, en Exhibitions Studies, mais aussi petite dernière d’une dynastie, depuis trois générations, de marchands parisiens d’art ancien, qui prend la tête de ce navire contemporain, aux cotés de Philippe Murris, un chef d’entreprise niçois.

La galerie se donne pour mission de montrer, conseiller et vendre à tous les types de public, dans une démarche ouverte et éclectique, des artistes ingénieux, émergents ou peu connus. Il s’agit de faire de ce lieu, un espace de rencontres, de discussions, de performances et de placements, animé par la galeriste, aidée dans sa démarche, par des artistes, des experts, des curateurs, des collectionneurs, des entrepreneurs, etc., dans le but de mettre l’art sur la sellette et démontrer son impact dans notre vie.

Ronan Barrot, « Crâne 4 », 2020

Challenger votre vision, amener l’art et son énergie créative dans vos vies sont au cœur de nos motivations : telle est la profession de foi de la galerie.

Plus prosaïquement, je dirais qu’il est courageux, durant cette année particulièrement dramatique pour toute création d’entreprise, de se lancer sur le marché de l’art qui subit, plus que tout autre, une réelle remise en question.

Dans un lieu parfaitement conçu pour des expositions, la sagesse de 21contemporary est d’avoir su associer au métier pur et dur de galeriste, deux activités annexes, dont une entreprise de placements.

En ouverture, les toiles de Ronan Barrot.

« Portait d’un poète russe ou autoportrait », 2020

Pour sa première exposition 21Contemporary s’affirme comme délibérément tournée vers la peinture. Les toiles de Ronan Barrot en sont la meilleure démonstration. Ce qui frappe dans ces peintures presque toutes récentes – de 2017 à 2020 – c’est la distance par rapport à la représentation que seul le peintre sait donner et c’est en cela que la peinture est unique, merveilleuse et toujours renouvelée. Il ne s’agit pas de rechercher ce nouveau à tout prix après lequel Ben court toujours, mais de trouver comment peindre autrement. Qu’on soit amoureux de Courbet ou de Goya, il faut trouver sa voie, absolument. C’est en ça que peindre aujourd’hui est à la fois classique et pleinement contemporain. Les matières, – l’huile en particulier–, les outils, même si on ne se limite pas au pinceau, sont les mêmes que ceux des maîtres du passé, mais la lumière, la couleur que le peintre saisit, elles sont les nôtres, celles de notre quotidien, elles sont notre contemporanéité.

Toutes les héritages picturaux de Ronan Barrot sont présents dans cette exposition, les vanités, les paysages, les portraits, une forme d’abstraction même, avec chaque fois la même colère, la même fougue, mais aussi la même jouissance, comme dans ces délicieux petits paysages dans des formats éponymes, qui sont, pourtant, si oubliés aujourd’hui.

Ronan Barrot, « Pays traversé », 2020

Violente, lumineuse, tourmentée, tendre et romantique, la peinture de Ronan Barrot,  touche ce qu’il y a de plus profond, de plus secret en nous. Peut-on échapper aux tourments qu’elle évoque ? Sans doute, mais on ne peut ignorer la leçon de peinture qu’elle nous donne.

Ronan Barrot

Ronan Barrot n’est pas inconnu à Nice, car en 2006, il expose ses peintures au musée Marc Chagall. Depuis 2007, c’est la galerie Claude Bernard qui le représente. Elle lui consacre de multiples expositions personnelles et collectives et le présente dans maintes manifestations (FIAC, BRAFA, Art Paris). Nombre de ses œuvres, entrées déjà dans d’importantes collections privées aussi bien en France qu’à l’étranger, figurent aujourd’hui dans celles des musées nationaux : Musée d’Art moderne de la ville de Paris, musée d’art moderne et contemporain de la ville de Strasbourg, FRAC Ile-de-France – Le Plateau, FRAC Auvergne, etc.

Né en 1973, il entre en 1991 à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris, d’où il sort en 1997, avec les félicitations du jury.

Jusqu’au 30 avril 2021

21Contenporary 21, boulevard Dubouchage, Nice

Sur rendez-vous uniquement

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top