Skip to content

« L’ÉTREINTE DES RUINES »,ANNE TOUQUET

GALERIE VALERIE DELAUNAY

ANNE TOUQUET

« L’ÉTREINTE DES RUINES »,

Exposition du 4 au 27 janvier 2024

Vernissage le jeudi 4 janvier de 18h à 21h

Valérie Delaunay est heureuse de présenter L’Étreinte des Ruines, première exposition personnelle à la galerie de l’artiste Anne Touquet. Inscrite dans le champ du dessin contemporain, Anne Touquet déploie dans cette exposition, des œuvres dessinées et manipulées avec une expertise captivante, explorant divers traitements de matériaux et de supports. Par le biais de la lithographie, de l’eau-forte, du dessin et de la gravure sur bois, Anne Touquet initie un dialogue subtil entre le geste et la trace, offrant une expérience artistique d’une grande richesse. L’Étreinte des Ruines offre un voyage enchanteur, tissant des énigmes entre le passé et le présent, dévoilant des compositions oniriques où le minéral et le vivant s’entremêlent. Témoin de ce dialogue intemporel entre le passé et le présent, le dessin sur bois « L’étreinte du présent » (2019), dévoile le visage d’une statue marqué par le lichen. La nature vient ici cohabiter avec le minéral, laissant entrevoir le passage du temps. Anne Touquet, en cherchant à insuffler vie à des corps indistincts, oscille entre le figé, le sculpté et le pétrifié, entre la pierre et l’humain. « Le Voyage » (2022) transporte les spectateurs dans un dédale temporel où les protagonistes, à travers le sfumato des nuages et des gestes chorégraphiques, se confrontent au mystère du destin oublié, appelant à une aventure hors du temps. Les dessins d’Anne Touquet capturent la délicate frontière entre réalité et imagination. Dans une fresque chorégraphique, figures mouvantes et vestiges d’empires disparus s’entrelacent, révélant une danse harmonieuse, une narration silencieuse des époques révolues. Chaque composition est un théâtre vivant, une scène réaliste subtilement tissée de songes, transportant le spectateur dans un monde où la réalité se fond dans l’illusion, comme dans le dessin « Le manteau de roche » (2021). Une symphonie visuelle où chaque geste, chaque esquisse, chaque couche de graphite, révèle un pan de cette odyssée graphique et monochrome, une page d’un vieux grimoire où se mêlent rêve et réalité et où les personnages des œuvres semblent resurgir de manière inattendue pour tisser de nouveaux récits. L’Étreinte des Ruines est l’incarnation d’une mémoire plurielle où différentes époques et civilisations s’entrelacent pour esquisser un monde à la liberté rêvée. Les ruines se métamorphosent en portes, nous invitant à un voyage inachevé, à la découverte d’une frontière entre le tangible et l’imaginaire. Chaque ligne esquissée par Anne Touquet est un nouveau chapitre, un mystère à explorer, un voyage dans un monde où les strates du temps se superposent, où la statuaire et les corps, imprégnés de graphite, nous murmurent des récits oubliés

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top