Skip to content

Monet en pleine lumière, Grimaldi Forum

Villa à Bordighera, Orsay

C’était le samedi 2 septembre, l’avant dernier jour de l’exposition. Le parvis du Forum Grimaldi était plein à craquer, je n’avais jamais vu une si longue file, un souvenir ému de celles de la défunte FIAC du Grand Palais à Paris. Venus une trentaine en tant qu’Amis du MAMAC* (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain) de Nice, nous avons eu le privilège d’une visite guidée mais quelle visite !

Avec brio, Catherine Alestchenkoff  nous a promenés dans la vie et l’œuvre de Claude Monet sur des chemins attendus, mais aussi buissonniers, une volonté claire de la commissaire de l’exposition Marianne Mathieu, je suppose. A Monaco, au Grimaldi Forum, la lumière est avant tout celle de la Riviera que Claude Monet visite en 1883-1884 puis en 1888. Vingt-trois toiles peintes à Monaco, Bordighera, Sasso, Dolceacqua, Cap Martin et Antibes constituent le cœur du parcours ainsi que le point de départ de la réflexion curatoriale. Un aparté, j’ai trouvé délicieuse l’anecdote selon laquelle le peintre s’irrite contre les palmiers qui sur la Riviera ne cessent de bouger avec le vent !

Pont d’Argenteuil

Rouen, Le Havre, Honfleur, baignées de cette si particulière lumière du Nord, chère aux impressionnistes et à Monet, qui va la décliner sous toutes ses formes, n‘est pas ce qui a retenu mon attention, car ces sujets hélas trop repris par les peintres du dimanche – qui n’a pas dans sa famille un grand-père ou une vieille tante qui a croqué les falaises d’Étretat avec une déconcertante maladresse – distillent pour l’irrévérencieuse que je suis, un certain ennui qui m’a fait me jeter sans remord dans l’art contemporain. Eh bien ! C’est justement l’aspect passionnant de l’œuvre de Monet, artiste trop génial pour se cantonner aux impressions, qui se construit sur des règles qu’appliquent aujourd’hui les peintres contemporains. Construire une toile selon les règles d’horizontalité et de verticalité, aborder les séries sur un même sujet, poser le regardeur comme partie intégrante de l’œuvre, prendre un détail comme angle principal, aborder l’abstraction avec les nymphéas de Giverny dans toutes ses déclinaisons…

Me suis-je égarée en décortiquant sous l’angle de la modernité une œuvre alors que le propos est tout de même l’étude des paysages, sujet majeur de cette exposition et notamment des paysages du Sud. En recherchant les images des lieux qui ont inspirés Monet sur la Riviera italienne et la Côte d’Azur, l’exposition fait de cette thématique, une étude historique d’une partie de l’œuvre du peintre, certainement pas la plus significative, mais un moment béni, une beauté sans partage comme un temps de vacances.

Viennent ensuite les « Nymphéas »* que Monet a pensé et réalisé et qui demeure l’une des œuvres les plus monumentales du XXe siècle – afin qu’elles soient suspendues en cercle, comme si une journée ou une année de quatre saisons s’écoulaient sous les yeux du spectateur, sans discontinuer. Une œuvre qui porte Claude Monet à l’apogée de son art, et rend universel le regard du peintre.

Nympheas, 1904, Denver

*Illustrations Monet et les éléments  « J’ai mis du temps à comprendre mes nymphéas. Je les cultivais sans songer à les peindre. Un paysage ne vous imprègne pas en un jour… Et puis, tout d’un coup, j’ai eu la révélation des fééries de mon étang. J’ai pris ma palette. Depuis ce temps je n’ai guère eu de modèle. 

*Offerts par le peintre Claude Monet à la France le lendemain même de l’armistice du 11 novembre 1918 comme symbole de la paix, les Nymphéas sont installés selon ses plans au musée de l’Orangerie en 1927, quelques mois après sa mort. Cet ensemble unique, véritable « Sixtine de l’impressionnisme », selon l’expression d’André Masson en 1952, offre un témoignage de l’œuvre du dernier Monet conçu comme un véritable environnement et vient couronner le cycle des Nymphéas débuté près d’une trentaine d’années auparavant. L’ensemble est l’une des plus vastes réalisations de la peinture de la première moitié du XXe siècle.

Le-pont-japonais_Fondation Beyeler

A l’occasion du 140ème anniversaire de la première escale de Claude Monet à Monte-Carlo et sur la Riviera, le Grimaldi Forum Monaco lui consacre sa grande exposition estivale qui a eu lieu du 8 juillet au 3 septembre 2023. Un très bel hommage !

 

 

 

 

 

*Note : Le Musée d’ Art Moderne et Contemporain de Nice va fermer ses portes à la fin de l’année pour de longs travaux de transformation. Les Amis du MAMAC organiseront durant ce laps de temps des visites et voyages culturels dont nous vous informerons, comme nous l’avons fait cette fois avec Monet en pleine Lumière.

 

 

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top