Skip to content
Perfect days

« Perfect days » de Wim Wenders

 

Avec  Kôji Tiakuso, Min Tanaka, Tokio Emoto…

Sortie le 29 novembre 2023

2h05

Synopsis

À Tokyo, Hirayama est chargé de nettoyer les toilettes publiques. Un quotidien simple, rythmé par la musique, les livres, la photographie et la nature qu’il contemple.

Mais des rencontres inattendues vont bousculer la sérénité de cette vie…

Pour son 25ème long métrage, Wim Wenders pose sa caméra à Tokyo et embarque le spectateur dans une bulle hors du temps, un moment suspendu loin du tumulte de la capitale nippone, en suivant un personnage quasi mutique, consciencieux employé de nettoyage des toilettes de la ville dont on suit le quotidien rythmé par des rituels. Présenté au dernier festival de Cannes, l’acteur principal, Kôji Tiakuso y a reçu le prix d’interprétation.

Âgé de 78 ans, Wim Wenders pionnier du cinéma allemand dans les années 1970 est aujourd’hui considéré comme l’une des figures les plus importantes du cinéma contemporain. Outre ses nombreux longs métrages primés, son travail en tant que scénariste, réalisateur, producteur, photographe et auteur comprend également une multitude de films documentaires novateurs.

Remarqué par sa trilogie de road movies, «Alice dans les villes» (1973), «Faux mouvement» (1975) et «Kings of the Road» (1976), dans laquelle ses protagonistes tentent d’accepter leur déracinement dans l’Allemagne de l’après-guerre, c’est avec «L’Ami américain» (1977), adaptation d’un roman de Patricia Highsmith, qu’il se fait réellement connaître sur la scène internationale. Depuis lors, Wenders n’a cessé de travailler en Europe, aux États-Unis, en Amérique latine et en Asie, récompensé par de nombreux prix lors de festivals dans le monde entier, notamment le Lion d’or au Festival international du film de Venise pour «L’État des choses» (1982) ; la Palme d’or au Festival de Cannes et le BAFTA Film Award pour «Paris, Texas» (1984) ; le Prix de la mise en scène à Cannes pour «Les Ailes du désir» (1987) ; ou l’Ours d’argent pour «The Million Dollar Hotel» (2000) au Festival international du film de Berlin. Ses documentaires «Buena Vista Social Club» (1999), «Pina» (2011) et «Le sel de la terre» (2014) ont tous été nommés aux Oscars.

En 2015, Wenders a reçu l’Ours d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière au Festival international du film de Berlin. En 2022, l’Association japonaise des arts lui a décerné son «prix Nobel des arts ».

L’idée du film est parti d’une proposition que Wim Wenders a reçue pour tourner une série de courts métrages de fiction à Tokyo traitant d’un projet social public impliquant le travail de grands architectes. Il explique : le sujet porterait sur les toilettes publiques, et l’espoir était de trouver un personnage à travers lequel on pourrait comprendre l’essence d’une culture japonaise accueillante, dans laquelle les toilettes jouent un rôle tout à fait différent de notre propre vision occidentale de l' »assainissement ». Pour nous, en effet, les toilettes ne font pas partie de notre culture, elles sont au contraire l’incarnation de son absence. Au Japon, ce sont de petits sanctuaires de paix et de dignité…

Wenders va se concentrer sur l’homme qui entretient ces havres de paix, modeste mais riche intérieurement et va transcender son quotidien en poésie, non sans oublier une touche d’humour dans l’exploration des toilettes publiques, offrant des scènes cocasses avec entre autre des toilettes entièrement vitrées qui, à la fermeture de la porte deviennent opaques.

Hirayama ne possède ni télévision, ni connexion internet et passe son temps libre à lire et prendre des photos de la nature avec un vieil appareil dont on peut développer les pellicules. Ses journées démarrent aux aurores, il traverse la ville quasi vide au volant de son van en écoutant des cassettes audio aux rythmes de Lou Reed, Patty Smith ou Otis Redding. Il s’enthousiasme de chaque journée qui commence, durant laquelle chaque rituel alimente sa richesse et son plaisir.

Le film s’ouvre sur un plan aérien de Tokyo puis de la nature et Wenders n’aura de cesse tout au long du récit de dénicher la nature au sein de la mégalopole. Hirayama se love et enlace les arbres du parc où il va déjeuner.

Wenders promeut la richesse intérieure de ce personnage «vintage» qui va charmer la jeune génération en transmettant son goût pour le son des cassettes audio et la musique des années 70 dont il fait collection ainsi que les livres.

La prise de risque esthétique de la mise en scène porte ses fruits dans la répétition des rituels du quotidien avec juste un léger décalage, induisant en substance les variations et la richesse intérieure du personnage.

A la façon de «Jeanne Dielman» de Chantal Akerman qui est ressorti récemment sur les écrans, Wenders prône la routine et sa richesse insoupçonnée, offrant au spectateur un moment suspendu tendre et poétique.

Isabelle Véret

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Merci Isabelle Véret.
    Hirayama- KÔJI est superbe comme le film présenté et justement primé…
    Celui-ci, cet acteur sublime, cet Homme bon ne devra pas disparaitre de la surface terre mais bien faire des petits pour réarmer la natalité…
    Wenders c’est WENDERS !
    Paris-Texas m’avait subjugué à partir du rif de guitare slide de Ry Cooder.
    Buena vista Social Club permit à la musique Cubaine et à sa symbolique guitare , le Tres de nous entrainer à la danse CHAN Chan…
    Je garde en mémoire et collé sur mon frigo…un magnifique article de WIM paru dans La Repubblica il y a maintenant une paire d’années;  » Le Rock’n’roll m’a t’il sauvé la vie ? »
    OÙ Wenders décrit que sans la musique il n’aurait jamais pu être voyageur et rêveur encore moins réalisateur de films.
    La musique a nourri son Juke box intérieur pour entretenir cet extraordinaire désir de grandir …
    Lou Reed a manqué à Wim… ( d’où, peut-être le titre du film ?)
    Sans lui et sans Bono ( U2 ) Wenders dit ;  » Bref, sans Rock’n’roll, pas de rêves.
    Sans. rêves, pas de courage. SANS COURAGE , PAS D’ACTES » …
    No comment !!
    …Perfect day est un PERFECT FILM.
    J.J. Campi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top