Skip to content

PERROTIN, VERNISSAGES À PARIS EN OCTOBRE

Emily Mae SMITH
Harvesters
Vernissage 16 Octobre, 10h – 20h
Exposition 16 Octobre – 18 Décembre
Perrotin Marais, 76 rue de Turenne
Voilà quelques années, Emily Mae Smith a élu comme son favori un sujet aussi inépuisable qu’inattendu : un simple balai de paille, qui a cette double caractéristique d’être animé et féminisé (l’artiste utilise le pronom « she »). Dans l’exposition Harvesters (« les moissonneurs »), on la retrouve donc délestée des lunettes rondes dont l’artiste l’avait si fréquemment affublée jusqu’ici, et au choix : grimée en un cierge érudit, se consumant à la lecture d’un grimoire (The Alchemist), alanguie dans un champ de blé (Harvester), se repaissant, ou plutôt tentant de, dans un intérieur flamand (The wooden spoon), debout dans une humide grotte, un pinceau à la main gauche (The Grotto), 
dans la rue, porteuse d’un message (The Messenger), dissimulée derrière un mur de feuilles de ginkgo biloba (Blush). Fière, ou accablée. Éplorée, ou concentrée à la tâche. Et même crucifiée.

Claire TABOURET
Paysages d’intérieurs
Vernissage 16 Octobre, 10h – 20h
Exposition 16 Octobre – 18 Décembre
Perrotin Marais, espace Saint-Claude
Paysage d’intérieurs présente de nouveaux tableaux de paysages de Claire Tabouret, dont la particularité est d’avoir été peints sur de la fourrure synthétique colorée, sur laquelle elle transpose son système chromatique. Explorant diverses sources photographiques, l’artiste s’est inspirée des reproductions de paysages de Giorgio Morandi, Pierre Bonnard et de Ferdinand Hodler. L’artiste met sa peinture en tension par la contrainte technique, aspirant à une adéquation entre son iconographie et son incarnation picturale et matérielle, selon des déclinaisons technicopoétiques. En regard de ces vastes paysages peints dans une grande concentration avec un geste direct et confiant sur ces supports résistants, se déploie une série de monotypes de bouquets de fleurs, fluides et raffinés ainsi que de nouvelles céramiques.
Cette exposition est présentée en accord avec Almine Rech.

Barry MCGEE,

Fuzz Gathering
Vernissage 16 Octobre, 10h – 20h
Exposition 16 Octobre – 18 Décembre
Perrotin Marais, 76 rue de Turenne
Icône malgré lui de la scène Californienne, exposé légalement ou illégalement dans la rue, dans des espaces alternatifs ou dans des institutions, Barry McGee déploie toujours sa peinture à l’échelle démesurée du paysage de la ville. Depuis son exposition Indelible Market au tournant des années 2000, l’artiste élabore des installations immersives, autant de dioramas extra-larges en hommage aux chaos urbain et à ses visions souterraines, aux cultures dites populaires ou folkloriques, à la culture surf. De la photographie à la sculpture en passant par le dessin, la performance, la vidéo, la récupération, l’utilisation d’archives, l’édition de fanzines, l’artiste manipule différents médiums envisagés sans aucune hiérarchie, mais toujours à la manière d’un peintre qui explore, documente et manipule la mémoire urbaine.

ELMGREEN & DRAGSET
New Tenants
Vernissage 18 Octobre, 18h – 20h
Exposition 19 Octobre – 20 Novembre
Perrotin Matignon, 2bis avenue Matignon
De nouveaux locataires semblent avoir emménagés chez Perrotin Matignon. Dans la plus petite salle de cet espace, on peut lire sur la fenêtre : Sans rendez-vous, Massage, 35 euros de l’heure. À l’intérieur, les visiteurs peuvent rencontrer un corps allongé et déshabillé sur un banc de massage. Dans l’autre salle de la galerie, une série de sculptures qui a trait au corps est exposée. Des œuvres signatures du duo d’artistes telles qu’une paire de plongeoirs, deux lavabos reliés l’un à l’autre et un pourtour de piscine en acier inoxydable adoptant la forme d’un nœud de Moebius seront également présentées.

19 Octobre – 27 Novembre 2021
Accès sur réservation
Cet automne, Perrotin et Atlas V s’associent pour proposer une nouvelle expérience VR au cœur de Paris. Plongez dans une nouvelle dimension, voyagez au cœur de perspectives illimitées ! PERROTIN VR – Narrative Experience by Atlas V vous fait découvrir une nouvelle forme d’art où les dimensions psychologiques et physiques se chevauchent.
Les séances débutent le 19 octobre avec quatre productions à la croisée de l’art et des technologies immersives : Battlescar, une production unique qui explore les mondes secrets coexistant dans le Lower East Side des années 70, la trilogie Gloomy Eyes, Prix Cristal au Festival du Film d’Annecy en 2019, Spheres, un film interactif qui nous plonge au cœur du cosmos, et enfin, le touchant Notes on Blindness à l’univers graphique très singulier.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top