Skip to content

Pierrick Sorin « Le Balai mécanique », Biot.

15 avril – 15 décembre 2023

Exposition organisée par les musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes

Dans le prolongement de l’exposition Fernand Léger et le cinéma, présentée en 2022, le musée national Fernand Léger poursuit son exploration des relations fertiles entre peinture et images en mouvement en invitant une figure majeure de la création contemporaine en France, Pierrick Sorin. Pour le musée, l’artiste a créé une œuvre inédite et spectaculaire intitulée Le balai mécanique, dans un écho humoristique au Ballet mécanique, film expérimental réalisé par le peintre Fernand Léger en 1924.Artiste vidéaste, metteur en scène et scénographe, Pierrick Sorin, né à Nantes en 1960, incarne dans des vidéos inspirées par le cinéma muet et les univers poétiques de Georges Méliès et Jacques Tati, un personnage qui interroge avec une ironie malicieuse le sens de notre vie. À partir de 1995, les « théâtres optiques » qu’il crée avec des procédés de fabrication artisanale, mettent en scène dans des saynètes comiques un double burlesque de Pierrick Sorin. Totalement inadapté aux contraintes et normes sociales d’aujourd’hui, cet antihéros apparaît sous la forme d’un hologramme miniature qui se donne en spectacle dans un décor bricolé, composé d’un assemblage d’objets réels et fictifs: « Mon travail présente […] un aspect intellectuel qui interroge l’activité artistique et offre, avec humour toutefois, une vision assez pessimiste sur l’humain, et un aspect plus enfantin, naïf, fondé sur la simple magie visuelle ». Pour le musée national Fernand Léger, Pierrick Sorin a imaginé une œuvre spectaculaire et immersive, qui entraîne le spectateur dans son univers tragi-comique. Cette installation monumentale, qui associe projections jouant sur des effets de relief et machineries réelles, rend hommage à la modernité et à l’inventivité esthétique de l’œuvre de Fernand Léger (1881-1955), l’un des artistes pionniers de l’avant-garde artistique du XXe siècle. Près d’un siècle après Ballet mécanique, film expérimental co-réalisé en 1924 par Fernand Léger et le cinéaste américain Dudley Murphy, Pierrick Sorin invente Le Balai mécanique, qui détourne ce chef-d’œuvre de l’histoire du cinéma avec un humour facétieux, légèrement impertinent. Au-delà d’une fascination commune pour l’illusion du cinéma des origines, Pierrick Sorin développe une démarche artistique proche des recherches du peintre Fernand Léger : les deux artistes s’attachent à mettre en mouvement, et à donner une dimension esthétique et chorégraphique, à des objets banals, issus du quotidien. Par-delà les générations, ils partagent aussi une même conception de la figure de l’artiste, qui n’apparaît pas comme un génial démiurge isolé des tracas de la civilisation humaine, mais comme un artisan, un modeste « ouvrier de l’art ». En parallèle de l’installation de Pierrick Sorin, le visiteur pourra assister à la projection du Ballet mécanique de Fernand Léger, présenté dans l’auditorium du musée, afin de mieux percevoir le dialogue thématique, formel et esthétique qui unit les deux œuvres.

Commissariat : Anne Dopffer, directrice des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes.

Musée national Fernand Léger

255, chemin du Val de Pôme | 06410

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top