Skip to content

Une lecture peu orthodoxe du livre de Sonia Dubois

Si vous êtes comme moi, obligée d’ouvrir le dictionnaire, pardonnez-moi, d’aller sur Google pour vérifier ce que sont exactement les glucides, les lipides, les protides et autres savantes paroles définissant ce en quoi sont constitués les aliments que nous consommons, vous vous dites que le livre de Sonia Dubois Alimentation halte aux mensonges et aux idées reçues ne vous est pas d’une grande utilité. Détrompez-vous, car vous ferez des découvertes surprenantes, grâce à la longue pratique de son auteure sur ce qu’il faut ou qu’il ne faut pas manger, doublées d’une excellente documentation scientifique due à sa co-auteure Anne Lavédrine.

Je viens de l’avouer je ne suis absolument pas experte en la matière, mais j’ai suivi dans ma vie quelques régimes pour garder ce que je considère comme étant une silhouette acceptable, et pour ce faire, j’ai même eu recours à quelques aberrations que cite Sonia, comme par exemple l’absorption exclusive d’une seule denrée, régimes du type Antoine, Shelton, Montignac et autres pratiques délirantes. J’ai constaté la totale inefficacité à long terme de ces privations qui vous conduisent à la déprime, parfois même vous plongent dans la maladie et ne vous empêchent pas, au final, de reprendre les kilos si durement perdus…

Je ne vais pas récapituler ici tous les chapitres du bouquin, mais certains comme « manger vert c’est mieux » qui explore les régimes végétariens, végétaliens,  flexitariens, pescétariens, crudivores…, m’ont faite hurler de rire, ce que vous considérerez, sans doute, comme mon côté passéiste, pire, réactionnaire, mais j’ai sur le sujet une expérience para-familiale qui me permet cette irrévérence.

Sonia Dubois

Bref, ce livre qui met un gros coup-de-pied dans la fourmilière des idées reçues, a la qualité d’être informatif, mais aussi parfaitement drôle grâce au style de Sonia Dubois ! Même si ma lecture n’est pas exhaustive et si je laisse parfois de côté les encarts grisés, éminemment scientifiques, d’Anne Lavédrine – j’ai toujours eu, de par ma scolarité en dents de scie, une aversion pour les notes en bas de page –  je vais vous donner mes chapitres préférés, et notamment celui qui réhabilite ce bon vieil œuf  !

Sous le titre : « Les œufs, ça donne du cholestérol » Sonia démonte d’un coup de petite cuillère — quoi de mieux qu’un œuf à la coque – sa mauvaise réputation : il fait grossir ! Il est bourré de cholestérol ! Mangez le blanc laissez le jaune ! Pas plus de deux par semaine ! Billevesées que tout ça ! Nos cocos familiaux sont des aliments presque parfaits, une vérité que mon organisme m’avait déjà susurré à l’oreille ! Et puis l’œuf, pour l’enfant que j’étais, c’était aussi aller soulever le cul des poules pour leur voler les œufs qu’on gobait par un petit trou d’épingle ; un plaisir interdit donc délectable !

«Le poisson est meilleur que la viande », cette assertion n’a de vrai que le ton péremptoire sur lequel on l’assène, et Sonia nous alerte sur la pollution dont il est souvent victime. La raison voudrait donc qu’on en consomme seulement une fois par semaine pour la sauvegarde de notre santé et surtout celle de notre porte-monnaie ! Pour ce qui est de sa taille que Sonia recommande de choisir petite, car moins sujette à nous empoisonner, je vous dirais au contraire, en tant que grande pêcheuse sous-marine, à la ligne etc. : attrapez-le ou achetez-le gros, car sa chaire est bien meilleure, plus ferme et moins truffée d’arêtes ! Et puis vous serez certain de ne pas avoir affaire à un animal d’élevage, les fermes marines ne produisant que des poissons portion !…

Après ce petit litige, venons en à un des chapitres essentiels : « Le sucre, ennemi public numéro un »  dans lequel Sonia, née bec sucré comme elle le dit si joliment, nous informe sur ses terribles méfaits, ses plans vicelards, comme ces noms en ose sous lequel il se cache : sucrose, glucose, fructose, maltose, dextrose, etc. dans les produits transformés. Mais la mise en garde de cette grande fille du Nord dont le sport favori était de pâtisser tous les dimanches — un mot dont j’ignorais même l’existence – a de telles envolées lyriques pour vous alerter contre l’importun, qu’on perçoit chez elle la redoutable inclinaison d’une ancienne droguée.

Vous l’aurez compris, dans Alimentation, halte aux mensonges et aux idées reçues, Sonia Dubois met à mal beaucoup d’autres aliments, produits, habitudes, croyances, maximes… Que ce soient les produits allégés, les compléments alimentaires le pain, le sel, les patates…, tout est passé au tamis de son savoir, de son bon sens et surtout de son incontournable sens de l’humour !

Chez l’Archipel, un livre qui donne vraiment une faim de lecture !

https://youtu.be/wArRDS1CpLc

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top